Jim Dine (1965)
play
    • Partager :
  • |
  • 4822
  • VIEW
DETAILS

L’école de New York – MÉTAMORPHOSES – (1965, RTB, 40′)

(Images d’archives SONUMA)

 

« Influencé par les divagations sur l’art de Malraux, j’ouvris ma série Métamorphoses en pensant d’abord au pop art dont les artistes, plus sérieux et mieux formés que leurs aînés, pourraient éclipser l’abstraction vieillissante.
Incontestablement, c’est à New York que se déroulait ce renouveau total de l’art. J’en eus la connaissance grâce à une galerie américaine surgie à Paris. Assise dans le fond de la galerie, l’imposante Ileana Sonnabend regardait son mari Mike virevoltant au milieu des tableaux si par miracle un parisien rentrait par hasard. Ils devinrent pour moi de très précieux amis et me demandèrent de diriger leur galerie. Je refusais poliment. Ce n’était vraiment pas pour moi. En revanche, c’est eux qui me donnèrent tous les contacts et les informations qui me permirent de tourner L’École de New York.
Le peintre Jim Dine me présenta des artistes déjà célèbres et riches pour certains, comme Roy Lichtenstein ou George Segal. »

Jean Antoine

 

« Dans une ville en plein bouillonnement artistique, présenté par Jean Antoine comme le creuset de l’art contemporain et de toutes les recherches esthétiques, le réalisateur va à la rencontre d’artistes qu’il interviewe dans leur atelier. Chaque séquence est liée à la personnalité de l’artiste. Ceux qui parlent bien de leur trajectoire comme Jim Dine (le happening, l’autoportrait, la puissance énergétique de la ville), George Segal (ses différents métiers, l’observation de quotidien, l’importance des stimulations externes), Roy Lichtenstein (le cartoon, la publicité et l’espace) ; ceux que l’on voit au travail comme la sculptrice Lee Bontecou ou Andy Warhol pris dans le tournage d’un plan dans sa célèbre Factory, ou encore les artistes secrètes et névrosées, la japonaise Yayoi Kusama ou la sud-américaine Marisol. Ce film est remarquablement intéressant car chaque portrait amène un document exceptionnel sur des créateurs encore au début de leur carrière et qui allaient devenir extrêmement célèbres. Les voir et les entendre constituent une archive précieuse (certaines parties sont en anglais non sous-titrés). »

Jacqueline Aubenas

 

Extraits associés : Andy Warhol , Yayoi Kusama, Roy Lichtenstein


Réalisation et texte : Jean Antoine
Images : Jean Roch
Son : Jean-Pierre Werhulst
Illustration musicale : Paul Uyttebrouck
Montage : Jean Depaye
Production : Henri Billen

Comments (0)

Leave a reply

Should you ever have a question, please dont hesitate to send a message or reach out on our social media.