Marcel Duchamp (1971)
play
    • Partager :
  • |
  • 5261
  • VIEW
DETAILS

Signé, Marcel Duchamp – SIGNES DU TEMPS – (1971, RTB, 32’)

(Images d’archives SONUMA)

 

« Duchamp était totalement inconnu au moment où je l’ai rencontré, seulement un an avant sa mort et personne ne voulut diffuser ce film tourné pourtant en 1967. Ce ne sera qu’en 1971 que le film sera diffusé.
Dans les années cinquante, je connaissais les œuvres de ses deux frères. Sur Marcel, qui m’intriguait, je savais peu de choses. De temps à autre, je tombais sur un article plutôt moqueur, dans la presse américaine. En France apparemment, aucune étude sérieuse sur lui. J’avais décidé de l’interviewer coûte que coûte. Lorsque j’obtins son numéro de téléphone et l’appelai, il accepta tout de suite.
Il me reçut dans son petit atelier de Neuilly-sur-Seine en me prévenant avec un beau sourire : « Faites aussi vite que possible et ne me posez pas de questions trop difficiles ». À midi et demi, mes deux techniciens et moi prenions congé.
Les œuvres qu’illustrait le film étaient en train d’être rassemblées à Londres pour une exceptionnelle rétrospective à la Tate Gallery. Nous y étions conviés la veille du vernissage et ce fut pour moi une révélation. J’y découvris la presque totalité de ses peintures dispersées dans des collections privées. L’homme des Étant donnés avait eu un indéniable talent de peintre. Il était là, avec Man Ray et Richard Hamilton (commissaire de l’exposition). Lui-même redécouvrait ces toiles du début de sa carrière. »

Jean Antoine

 

« Le film a été tourné en 1966 et s’articule sur un entretien avec Marcel Duchamp rencontré dans son atelier parisien. Assis dans un grand fauteuil, cadré en plan américain, le cigare à la main, il répond avec une intelligence coupante, une ironie courtoise, en soutenant des paradoxes et en démolissant l’histoire de l’art qui ne commence « qu’après la mort de l’œuvre ». Jean Antoine présente dans une première partie Duchamp en le restituant dans sa famille d’artistes et dans son époque et bien sûr en rappelant ses œuvres majeures. Une introduction au mouvement artistique qu’il a traversé et le portrait rare d’un homme qui faisait de sa vie une œuvre d’art. »

Jacqueline Aubenas

 


Réalisation : Jean Antoine
Images : Roger Beeckmans
Son : Robert Jacobs
Montage : Francette Delobel
Production : Henri Billen

Comments (0)

Leave a reply

Should you ever have a question, please dont hesitate to send a message or reach out on our social media.